CR séance 2 – Caroline Muller « enquêter dans les écrits personnels : questions archivistiques, méthodologiques et éthiques »

1er décembre – Caroline Muller « enquêter dans les écrits personnels : questions archivistiques, méthodologiques et éthiques ».

En introduction cette séance a été l’occasion de réfléchir sur notre collaboration avec l’APA et à la manière de mieux utiliser ses fonds dans nos études. Un billet est à paraître sur ce sujet.

Caroline Muller a ensuite eu l’occasion de présenter le positionnement de recherche qui a été le sien dans sa thèse récemment soutenue sur la direction de conscience au XIXe siècle. Elle est revenue sur trois grandes questions qui se sont posées à elle au moment d’enquêter dans les écrits personnels.

– Des aspects archivistiques tout d’abord : en constatant une polarisation très forte des discours entre une condamnation sans appel de la direction de conscience par l’anticléricalisme et un discours normatif édifiant de la part du clergé, elle cherche à « désactiver la double légende rose ou noire », et entame une enquête difficile à la recherche des lettres échangées entre directeurs et dirigé.e.s. Une fois localisées et une fois l’accès négocié avec les ordres religieux qui les conservent, ces lettres posent certains problèmes méthodologiques : réécriture en vue de publication et coupure de certains passages qui auraient pu s’avérer très riches.

– Des aspects méthodologiques ensuite : le choix de l’étude de cas sur une quinzaine de correspondances (soit un millier de lettres en tout) s’est rapidement imposé pour prendre le temps d’entrer en intimité avec chaque famille. Au fil de la lecture, les codes propres à chaque correspondance se révèlent et permettent de mieux comprendre les blancs et de formuler des hypothèses.

– Aspects éthiques : le métier d’historien ou d’historienne pose des questions particulières quand on travaille sur ces écrits là. Comment affronte-t-on la sympathie ou l’antipathie avec certains personnages et surtout qu’est ce que cela implique méthodologiquement. Pour Caroline Muller, l’héritage positiviste qui nous apprend à mettre de côté ces aspects là est problématique. Les choix d’écriture et de diffusion qu’elle a fait découlent donc de ce constat : ne pas faire des textes de la chair à démonstration, et prendre des précautions quand à la publication de textes qui n’avaient pas vocation à l’être.

Lecture proposée par Caroline Muller comme appui pour cette séance : « Je ne suis pas une source. Entretien avec Philippe Lejeune », Sociétés & Représentations, 2002/1 (n° 13), p. 87-99. DOI : 10.3917/sr.013.0087.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.