CR – Séance 3 – Comment lire l’intime dans le creux des sources ?

Cette séance de séminaire du 2 février 2018  a été l’occasion de d’avoir une réflexion théorique sur la notion même d’intimité et sa délimitation dans nos sources. Aussi la première partie de ce CR est elle à la fois une reprise et un approfondissement du billet publié sur mon carnet de thèse ici : https://marcherenc.hypotheses.org/700.

I – Première partie :  Qu’est ce que l’intime en sciences sociales et comment lire l’intime dans le creux des sources ?

Au moment d’établir le programme de notre séminaire nous avons décidé de faire ce cette question récurrente dans nos discussion l’objet d’une séance : « comment lire l’intime dans le creux des sources »? Cette question était souvent pointée du doigt comme une aporie qui apparaissait en faisant le constat de deux constantes, convergences de nos travaux qui nous rendent les choses complexes :

  • l’intime est une notion floue, variable, protéiforme qui échappe systématiquement à la délimitation de ses contours
  • l’historien.ne n’y a jamais accès qu’à travers un discours, une mise en mots que l’on considère trop souvent comme une barrière à cet intime qui lui demeurerait caché.

Donc dans un premier temps « lire l’intime » ça suppose qu’il y a un langage de l’intime, des signes reconnaissance, donc ça suppose de le reconnaitre, de l’identifier, d’en repérer des caractéristiques objectivables. Or rien n‘est moins simple.

A quoi peut-on se raccrocher ? D’abord au fait que l’intimité n’est pas une notion a- historique. Voir sur ce point l’article de Véronique Montémont « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606-2008) » in Pour une histoire de l’intime et de ses variations. Elle y fait une analyse lexicométrique très précise des variations d’utilisation du terme dans différents corpus et sur une vaste période. Et beaucoup de travaux ont montré qu’au-delà du simple vocable, la notion

s’imposait dans les représentations communes, notamment à partir du XVIIIe : culture de la confession, un intime d’abord relationnel, on a des amis intimes, développement d’une culture matérielle de l’intime, les journaux intimes, « l’horloge de corps » (c’est à dire les montres), le miroir,  ou le boudoir comme espace de la confidence (ce qui s’accompagne plus généralement spécialisation des pièces dans la maison). L’intimité connait sa consécration au XIXe siècle, souvent qualifié de « siècle de l’intime » : avec le « je » romantique s’exprime davantage dans les formes diaristiques et épistolaires ; ce qui s’accompagne de la valorisation d’une littérature de l’émotion. Comme le résume Michelle Perrot dans l’avant-propos de L’histoire de la vie privée, tome 4 :

« Le XIXe siècle esquisserait ainsi un âge d’or du privé où les mots et les choses se précisent et les notions s’affinent. Entre société civile, privé, intime et individuel se dessinent des cercles idéalement concentriques et réellement enchevêtrés »

Du XIXe au XXe siècle, l’exigence de transparence qui touche aussi bien le corps (la banalisation de la radiologie en est un exemple aussi anecdotique que parlant) que la vie politique s’accompagne paradoxalement d’une exigence de parachèvement du soi (le bonheur comme horizon individuel nécessaire par exemple), de la singularisation de la personnalité qui pousse paradoxalement à des comportements extrêmement stéréotypés (en témoigne la mise en scène de soi des réseaux sociaux). Le XXe siècle c’est aussi le développement des sciences de l’intime, la psychanalyse au premier chef.

Donc oui, il y a bien des « variations de l’intime », mais rien n’est moins évident pour l’historien.ne que de décréter que tel évènement, telle situation, telle émotion, telle assertion repérée dans une source relève de l’intime. Car dans ce domaine comme dans le reste, l’évidence est trompeuse, elle est en fait ce qui cache une trop grande familiarité avec ce que l’on pense reconnaitre comme évident. C’est précisément cette absence de distance qu’il faut décrypter. A cela s’ajoutent les biais des sources,  et en somme pour citer à nouveau Michelle Perrot « la difficulté de connaître autre chose que la face externe et publique de la vie privée : l’impossibilité d’aller de l’autre côté du miroir. Dans ce domaine, le dicible fabrique de l’indicible, la lumière sécrète l’ombre. »

Elle exprime ainsi très bien les limites a prioi de la discipline historique pour « faire au-delà des groupes et des familles, une histoire des individus, de leurs représentions, et de leurs émotions, histoire des manières de faire de vivre, de sentir et d’aimer, des élans du cœur et du corps, du fantasme et du rêve ». En somme pour écrire une « histoire balzacienne des intrigues familiales, une histoire nervalienne du désir, une histoire proustienne et musicale des intimités«  les historien.n.es ne seraient pas aussi bien armés que peut l’être le roman , la musique, ou la poésie pour « lire l’intime ».

Une des raisons en est que cet espace souffre d’un échec de la mise en mots. Et pourtant les historien.n.es travaillent bien sur des représentations de l’intime. Et il y a bien des dénominateurs communs dans nos études qui nous font penser que l’intime n’est pas qu’une coquille vide. Mais la posture des chercheurs en sciences sociales se heurte toujours à cette aporie : personne ne peut mieux définir les frontières de l’intimité que les actrices et acteurs concerné.es. Ainsi l’intime, comme objet de recherche nous échappe en permanence puisqu’il est ce qui est le plus caché, le moins communicable. Il semble donc nécessaire d’abandonner l’ambition de faire de l’intime une réalité objectivable et reconnaissable dans nos archives.

Faisant ce constat, fait-on le deuil d’une histoire de l’intimité ? Certainement pas, mais au fil des discussions du séminaire nous sommes tombé.es d’accord sur la pertinence d’utiliser la notion d’intimité comme une catégorie d’analyse, une grille de lecture. De quoi celle- ci est-elle faite ?

Dans le vocabulaire utilisé pour parler de l’intimité, les images relèvent pour la plupart du champ lexical de l’espace : le jardin secret, la chambre à soi, le for intérieur… L’intime serait donc un espace, dont la géométrie reste à définir. Quelques propositions pour en dessiner les contours :

  • un espace bi-dimentionnel d’abord : l’intime apparait comme une sphère dont le diamètre peut évoluer selon les individus et les époques (à l’aune du dicible et de l’indicible, du montrable et du caché). Une sphère qui se resserre autours d’un centre de gravité, qui lui, peut être un objet d’étude : le corps, le mariage, la mort, le couple, etc. Ces sphères ne sont pas fixées : certains objets deviennent des centres de gravité de l’intime quand ils ne l’étaient pas, c’est que qu’illustre par exemple le processus de civilisation de Norbert Elias : certains comportements, notamment liés au corps, sont peu à peu relégués dans l’espace de l’intimité (déféquer, faire l’amour, se moucher…)
  • un espace tri-dimentionnel : Intimus est le superlatif latin de interus « le plus en dedans, le plus profond ». Donc il semble que l’on peut trouver l’intime dans la gradation du secret, ce qui apparait de l’intimité ce serait donc ce qui émerge, soit pas intrusion, soit par volonté de révéler. Cette dimension là est celle que comprend Saint-Augustin, comme un intériorité si intérieure qu’elle ne lui est n’est en définitive pas même accessible mais accessible seulement à Dieu. Repousser l’intime dans la profondeur l’insondable, c’est donc penser que les individus eux-mêmes n’y ont qu’un accès limité. Ce qui échappe à l’individu et qui pourtant lui appartient si intimement, c’est finalement ce que la psychanalyse cherche à rendre lisible.

Ainsi, prendre l’intime comme catégorie d’analyse c’est fonctionner avec des pôles d’attraction sur lequel on est amené à situer ces sphères d’intimités :

  • le profond/le superficiel
  • apparent/le caché,
  • le dicible/l’indicible,
  •  l’individuel/le collectif
  • l’habituel/le spectaculaire

Sur les lignes de tensions qui relient ces pôles antagonistes l’intime ne se situe pas toujours du côté du profond, du caché de l’indicible etc. C’est justement la combinaison des différents éléments de cette grille d’analyse qui permet de penser le déplacement des seuils d’intimité entre chacun des pôles.

En somme si l’objet se dérobe toujours, prendre l’intime comme catégorie d’analyse nous semble une perspective féconde, non pas pour repérer ce qui peut servir à faire une histoire de l’intime, mais pour essayer de comprendre où se situent les objets que nous étudions sur cette grille. C’est ici que l’on retrouve l’intime, comme adjectif qualifiant un objet, puisque ce processus de recherche s’applique d’abord à des sous-champs privilégiés : l’histoire des sensibilités, l’histoire des sexualités, l’histoire du genre, l’histoire du corps, l’histoire religieuse etc… Ainsi se demander si l’objet étudié se situe au centre des cercles concentriques, en périphérie, dans l’un et non sur l’autre permet de faire des typologies des intimités, mais surtout la multiplicité de croisements des différentes catégories permet de diffracter l’objet et d’introduire de l’épaisseur temporelle.

Deuxième partie – Présentation de questions de recherche

La deuxième partie de la séance a été l’occasion pour Laura Balzer et Solène Monnier de nous présenter leur travail et leurs problématiques de recherche liées à l’intimité.

Laura Balzer « Comprendre les enjeux du genre dans les armées française dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et durant la révolution française.

La question du genre et des masculinités est souvent traitée à partir de sources normatives et d’ œuvres artistiques qui permettent d’accéder aux représentations du masculin. L’étude des mémoires autobiographiques des soldats permet, en revanche, d’approcher les pratiques plus concrètes d’une sociabilité masculine à l’armée qui, à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle et surtout à la Révolution française, se structure autour d’un idéal égalitaire, à l’exclusion des femmes. Les mémoires des soldats permettent de comprendre les relations d’amitié, de hiérarchie (sociale, des âges, ou des grades) et de concurrence, qui structurent cette communauté masculine notamment autour de rites et de moments de fêtes, de repas, de jeux et de défi. Certains auteurs n’hésitent pas à évoquer les sentiments forts qui les lient à leurs camarades, à raconter surtout les conditions de leur intégration dans ce groupe masculin. Les femmes sont également très présentes dans ces récits, elles occupent des fonctions stéréotypées qui permettent aux mémorialistes de valoriser leurs capacités de séduction et des compétences mondaines ou artistiques. Car ces mémoires sont un moyen de valoriser leur image, de justifier leurs actions, dans un contexte événementiel perçu comme exceptionnel. La difficulté du traitement de ces sources réside dans la grande hétérogénéité des formes d’écriture, des conditions sociales des auteurs. Les mémoires de simples soldats sont également plus rares pour le XVIIIème siècle. Le décalage entre les faits et le moment de l’écriture complique également l’analyse, puisque la majorité des auteurs ont été influencés par les campagnes de Napoléon auxquelles ils ont participé. Ils écrivent également dans un contexte politique très changeant. Leurs souvenirs de la Révolution Française s’en trouve souvent reconstruit à travers le filtre de nouvelles valeurs et il devient difficile de dater les modèles qu’ils mobilisent dans leur récit.

Solène Monnier : lecture des lettres envoyées à l’acteur René Navare

Témoignages de grands événements, les écrits des scripteurs ordinaires sont aussi des sources d’une richesse incroyable pour celui qui cherche à comprendre et transmettre une histoire plus proche de la quotidienneté et des représentations, des codes et valeurs d’une époque et d’une société. Les scripteurs de notre étude sont tous de fervents admirateurs de l’acteur René Navarre qui incarnait Fantômas au cinéma entre 1913 et 1914 et qui connut un grand succès. A travers leurs écrits, plusieurs enjeux se dégagent pour l’historien qui est amené à étudier l’histoire de l’intime, de la femme et donc du genre, l’histoire culturelle et des représentations, l’histoire du cinéma mais aussi à s’intéresser aux études sociales et épistolaires. Par cette étude, nous nous proposons donc de réfléchir sur les différents phénomènes que sont le vedettariat, la vedette cinématographique, ses admirateurs et les publics en général mais aussi celui de l’industrie naissante du cinéma au début du XXe siècle. Il s’agit également d’analyser et de saisir les discours et représentations qui s’articulent autour de ces différents objets. Les problématiques sont donc les suivantes : qui sont ces scripteurs particuliers et comment écrivent-ils ? Pourquoi écrivent-ils ? En quoi ces lettres offrent un nouveau regard sur le cinéma, l’acteur-vedette et l’admirateur au début du XXe siècle et quels sont les liens qui s’articulent entre ces trois pôles ? En quoi se révèlent-elles comme miroir d’une société et quels sont les discours véhiculés sur ce groupe d’admirateurs et sur le cinéma en général ? Comment se construisent et s’acceptent ces différentes identités dans la société de l’époque ? Pour répondre à ces différents enjeux nous nous sommes intéressés à des articles de presse de différents journaux, quotidiens, revues spécialisées et cinématographiques proposant une vision des différents discours de l’époque. Mais l’essentiel de notre corpus et de notre analyse porte sur les 249 lettres toutes rédigées entre 1912 et 1939 par une grande majorité de femmes qui éprouvaient une certaine admiration pour l’une des premières vedettes du cinéma muet à l’heure où le cinéma français domine le monde.

NOTES

1 Michelle Perrot, Histoire de la vie privée, tome 4, p. 12


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.