CR séance 2 – Caroline Muller « enquêter dans les écrits personnels : questions archivistiques, méthodologiques et éthiques »

1er décembre – Caroline Muller « enquêter dans les écrits personnels : questions archivistiques, méthodologiques et éthiques ».

En introduction cette séance a été l’occasion de réfléchir sur notre collaboration avec l’APA et à la manière de mieux utiliser ses fonds dans nos études. Un billet est à paraître sur ce sujet.

Caroline Muller a ensuite eu l’occasion de présenter le positionnement de recherche qui a été le sien dans sa thèse récemment soutenue sur la direction de conscience au XIXe siècle. Elle est revenue sur trois grandes questions qui se sont posées à elle au moment d’enquêter dans les écrits personnels.

– Des aspects archivistiques tout d’abord : en constatant une polarisation très forte des discours entre une condamnation sans appel de la direction de conscience par l’anticléricalisme et un discours normatif édifiant de la part du clergé, elle cherche à « désactiver la double légende rose ou noire », et entame une enquête difficile à la recherche des lettres échangées entre directeurs et dirigé.e.s. Une fois localisées et une fois l’accès négocié avec les ordres religieux qui les conservent, ces lettres posent certains problèmes méthodologiques : réécriture en vue de publication et coupure de certains passages qui auraient pu s’avérer très riches.

– Des aspects méthodologiques ensuite : le choix de l’étude de cas sur une quinzaine de correspondances (soit un millier de lettres en tout) s’est rapidement imposé pour prendre le temps d’entrer en intimité avec chaque famille. Au fil de la lecture, les codes propres à chaque correspondance se révèlent et permettent de mieux comprendre les blancs et de formuler des hypothèses.

– Aspects éthiques : le métier d’historien ou d’historienne pose des questions particulières quand on travaille sur ces écrits là. Comment affronte-t-on la sympathie ou l’antipathie avec certains personnages et surtout qu’est ce que cela implique méthodologiquement. Pour Caroline Muller, l’héritage positiviste qui nous apprend à mettre de côté ces aspects là est problématique. Les choix d’écriture et de diffusion qu’elle a fait découlent donc de ce constat : ne pas faire des textes de la chair à démonstration, et prendre des précautions quand à la publication de textes qui n’avaient pas vocation à l’être.

Lecture proposée par Caroline Muller comme appui pour cette séance : « Je ne suis pas une source. Entretien avec Philippe Lejeune », Sociétés & Représentations, 2002/1 (n° 13), p. 87-99. DOI : 10.3917/sr.013.0087.

Projet « Testaments de Poilus »

Un beau projet de valorisation des archives de l’intimité est en train de prendre de l’ampleur : « Testaments de Poilus » lance une plateforme de transcription collaborative qui permettra aux internautes de transcrire et d’enrichir plus de 1000 testaments rédigés par des Poilus de la Grande Guerre morts pour la France. 

L’ouverture de la plateforme aura lieu le mardi 30 janvier 2018, de 14h à 19h aux Archives nationales (site de Paris). Lors de cette demi-journée, des conférences et ateliers présenteront le corpus des testaments, les enjeux de leur transcription et les étapes de la préparation d’une édition électronique. Des ateliers en petits groupes permettront d’assister à une présentation détaillée de la plateforme et de se familiariser avec son fonctionnement. Informations et inscription (obligatoire) sur le site: https://testaments-de-poilus.huma-num.fr

Ce projet, financé par la Fondation des Sciences du Patrimoine, associe les laboratoires AGORA et ETIS de l’Université de Cergy-Pontoise, les Archives Nationales, les Archives Départementales des Yvelines, l’Ecole des Chartes  et l’Université Paris 8. Il est labellisé et soutenu par la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. 

Contact:  testaments-de-poilus.an@culture.gouv.fr

Réseaux sociaux: #projetTestamentsDePoilus

[à lire] Marine Rouch « Pudeur de l’historien.ne »

Marine Rouch, doctorante à l’université de Toulouse Jean Jaurès, travaille sur la correspondance envoyée à Simone de Beauvoir. Elle s’interroge dans cet article à la démarche qui nous préoccupe dans notre séminaire : quelle attitude doit avoir l’historien.ne face à des sources où s’exprime des choses de l’intime. Autour d’une lecture de l’ouvrage de Jelena Jovičić, L’Intime épistolaire (1850-1900), elle cherche à redéfinir son positionnement méthodologique. A lire sans modération.

Lire l’article sur le carnet de l’auteure : https://lirecrire.hypotheses.org/394

 

 

 

[Parution] Mélanie Traversier Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Champ Vallon, avril 2017.

Mélanie Traversier présente un ouvrage dans lequel elle analyse le journal « intime » que Marie Caroline de Naples rédigeait jour après jour en français, document qu’elle a reconstitué pour les années 1780 à partir des épaves de son diaire conservées à Naples et de son journal de voyage en Italie retrouvé dans une collection particulière américaine.
Ici la quatrième couverture : 
« Comment exercer son métier de reine ? Comment résister à la routine des divertissements utiles et des obligations de son sexe ? Comment surtout s’inventer un rôle politique lorsqu’on est née Marie-Caroline de Habsbourg-Lorraine et qu’on se trouve exilée à la cour de Naples, au cœur des tumultes de l’Italie des Lumières ? De 1781 à 1785, la reine de Naples s’est attachée à l’exercice quotidien de ses « écritures », sans doute pour discipliner ses propres affects.

C’est à la lecture de ce diaire qu’est convié le lecteur. Écrit dans le français parfois audacieux qui était la langue des élites européennes, ce journal d’une reine est un document historique d’une exceptionnelle richesse. Au-delà de la chronique de la vie de cour, on y assiste au surgissement d’un moi souverain qu’agite, en ces années pré-révolutionnaires, le souffle de l’histoire.
Rassemblant des pièces dispersées, Mélanie Traversier reconstitue le journal de Marie-Caroline de Naples, présenté ici pour la première fois dans son intégralité. L’édition annotée comporte en effet la retranscription d’un manuscrit que l’on croyait perdu : le récit du voyage de la reine en Italie du Nord de mai à septembre 1785, sorte de tournée d’inspection des expériences politiques du réformisme des Lumières. Elle est précédée d’un ample essai qui, à travers l’analyse de sa pratique épistolaire et de son écriture intime, éclaire la biographie d’une sœur méconnue de Marie-Antoinette. »

[à lire] Nicolas Mariot Histoire d’un sacrifice. Robert, Alice et la guerre (1914-1917)

Histoire d'un sacrifice

relecture d’une correspondance

Nicolas Mariot reprend la correspondance de Robert Hertz pour analyser les ressorts de son engagement dans la guerre. Toute sa correspondance permet de montrer comment il s’était préparé lui même et avait préparé sa femme à la nécessité de combattre. Le livre est constitué de 62 chapitres brefs qui suivent de près la correspondance de Hertz ce qui nous immerge au coeur d’un moment de maturation de pensée. On suit au plus près l’évolution de quelques individus dans la maturation d’un évènement, et la construction par Hertz de son propre sacrifice. Ce suivi au quotidien est une forme d’écriture qui restitue quelque chose de l’expérience épistolaire autant que l’expérience de psychique et intellectuelle. La lecture des sources au ras des lettres est tout à fait appréciable et donne à l’ouvrage une démarche originale qui permet de s’approcher avec plus de matérialité d’un espace intime dans lequel se jouent des enjeux qui dépassent l’individu autant qu’ils le construisent.

A lire !

 

[actualité de la recherche] Journée d’études « Grande Collecte d’Archives de Femmes »

Journée d’études « Grande Collecte d’Archives de Femmes » au LARHRA

08/03/2017 – 14:00 → 18:00
Dans le cadre de l’opération de collecte des archives de femmes annoncée par le Ministère de la Culture et de la Communication, une demi-journée d’études est organisée par les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, la Bibliothèque Diderot de Lyon, et le LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, 34 Rue du Général Mouton-Duvernet, 69003 Lyon

[actualités de la recherche] Séminaire « aux sources de l’intime » de Clyde Plumauzille et Régis Schlagdenhauffen à l’EHESS

A l’EHESS se tient le séminaire « Aux sources de l’intime » organisé par Clyde Plumauzille et Régis Schlagdenhauffen. Les jeudi de 14 h à 17 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 23 février 2017 au 20 avril 2017, puis dernière séance le 18 mai 2017.

Présentation du séminaire :  » Journaux intimes, documents personnels et archives du for privé constituent une source de choix pour les historien-ne-s et chercheur-e-s en SHS en ce qu’ils offrent un accès privilégié à la parole et à la subjectivité des acteurs et actrices. Pour autant, bien qu’ils permettent une histoire à « hauteur d’homme», ces documents ne sauraient constituer un accès immédiat et transparent à une quelconque vérité personnelle. Ils sont porteurs d’enjeux de recherche et de problématiques méthodologiques spécifiques à l’écriture de soi que ce séminaire se propose d’explorer. Espace interactif et de participation, ce dernier alternera séances de contenus, présentations par des chercheurs ayant travaillé sur des journaux intimes, visite de fonds d’archives (séance au MNHN), initiation aux techniques de codage et de transcription ainsi que la réalisation d’enquêtes collectives.

Programme :

Pgm Aux sources de l’intime

Lire la suite

Archives et intimités

Ce carnet traitera du rapport des historiens aux archives de l’intimité dans une acception large. En tant qu’objet d’étude l’intimité n’est accessible qu’au prisme d’archives spécifiques dont il faut saisir les biais. Mais nous nous proposons également d’interroger l’intime comme une catégorie d’analyse, une démarche de connaissances à éprouver largement au delà du seul cadre de l’histoire des intimités.