A propos Claire-Lise Gaillard

Doctorante au Centre d'histoire du XIXe siècle Paris 1 Panthéon Sorbonne Thèse sur l'histoire du marché de la rencontre : petites annonces et agences matrimoniales au du XIXe au XXe siècle

CR – Séance 3 – Comment lire l’intime dans le creux des sources ?

Cette séance de séminaire du 2 février 2018  a été l’occasion de d’avoir une réflexion théorique sur la notion même d’intimité et sa délimitation dans nos sources. Aussi la première partie de ce CR est elle à la fois une reprise et un approfondissement du billet publié sur mon carnet de thèse ici : https://marcherenc.hypotheses.org/700.

I – Première partie :  Qu’est ce que l’intime en sciences sociales et comment lire l’intime dans le creux des sources ?

Au moment d’établir le programme de notre séminaire nous avons décidé de faire ce cette question récurrente dans nos discussion l’objet d’une séance : « comment lire l’intime dans le creux des sources »? Cette question était souvent pointée du doigt comme une aporie qui apparaissait en faisant le constat de deux constantes, convergences de nos travaux qui nous rendent les choses complexes :

  • l’intime est une notion floue, variable, protéiforme qui échappe systématiquement à la délimitation de ses contours
  • l’historien.ne n’y a jamais accès qu’à travers un discours, une mise en mots que l’on considère trop souvent comme une barrière à cet intime qui lui demeurerait caché.

Donc dans un premier temps « lire l’intime » ça suppose qu’il y a un langage de l’intime, des signes reconnaissance, donc ça suppose de le reconnaitre, de l’identifier, d’en repérer des caractéristiques objectivables. Or rien n‘est moins simple.

A quoi peut-on se raccrocher ? D’abord au fait que l’intimité n’est pas une notion a- historique. Voir sur ce point l’article de Véronique Montémont « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606-2008) » in Pour une histoire de l’intime et de ses variations. Elle y fait une analyse lexicométrique très précise des variations d’utilisation du terme dans différents corpus et sur une vaste période. Et beaucoup de travaux ont montré qu’au-delà du simple vocable, la notion

s’imposait dans les représentations communes, notamment à partir du XVIIIe : culture de la confession, un intime d’abord relationnel, on a des amis intimes, développement d’une culture matérielle de l’intime, les journaux intimes, « l’horloge de corps » (c’est à dire les montres), le miroir,  ou le boudoir comme espace de la confidence (ce qui s’accompagne plus généralement spécialisation des pièces dans la maison). L’intimité connait sa consécration au XIXe siècle, souvent qualifié de « siècle de l’intime » : avec le « je » romantique s’exprime davantage dans les formes diaristiques et épistolaires ; ce qui s’accompagne de la valorisation d’une littérature de l’émotion. Comme le résume Michelle Perrot dans l’avant-propos de L’histoire de la vie privée, tome 4 :

Continuer la lecture