CR – séance 06/04/18 – Travailler sur les sexualités/intimités en prison de femmes (Espagne, années 1960-70)

J’ai proposé lors de cette séance un rapide état de l’art, notamment des études de sociologie carcérale, un champ très dynamique, avant une relecture de mes archives sous l’angle des sexualités. Les sexualités constituent en effet une des dimensions de l’étude des intimités comme objet, à situer socialement et historiquement. Si la sexualité est pour la recherche en sciences sociales un objet auquel il est très rare d’accéder directement, cela est doublement vrai dans le cas de recherche sur les sexualités prisonnières.

« Non-objet des sciences sociales » (Joel-Lauf, 2017), la sexualité en prison de femmes souffre d’une triple oblitération du fait l’oblitération des femmes de la problématique de la sexualité et de la sexualité autonome, de l’invisibilisation des femmes prisonnières (en tant que population structurellement minoritaire) et des difficultés méthodologiques et éthiques qu’elle cristallise. G. Ricordeau évoque ainsi la « difficulté à investiguer des pratiques généralement tues » et les obstacles que constituent la pudeur, la honte ou le secret. La prison comme espace fantasmé (cf. Jean Genet) peut également constituer un obstacle à la saisie des pratiques sociales.

Les études sur les sexualités prisonnières ont été abordées sous l’angle de la privation (J. Lesage de la Haye, 1978) et de la violence (Welzer-Lang, Mathieu et Faure, 1996). Le sujet de la sexualité est toujours ici l’homme prisonnier. La sociologie anglosaxone a cherché des hypothèses explicatives pour les pratiques homosexuelles en prison, envisagées comme des sexualités compensatoires ou de substitut, ce qui a notamment conduit au concept de « prisonization » (Clemmer, 1958). L’homosexualité en prison serait ainsi la résultante d’une sous-culture carcérale (comme l’usage de la pornographie, les pratiques masturbatoires) et d’une importation / adaptation (il s’agirait alors d’une sexualité circonstanciée, produite par la prison). Le concept de « sous-culture carcérale » est toutefois problématique en ce qu’il postule l’homogénéité des milieux déviants et gomme les continuités des dispositions des individu.es.

La construction de la prison comme bastion de la non-mixité, reposant sur une vision essentialiste et binaire du genre, tout comme du régime cellulaire, apparaît comme une réponse au « péril » de l’homosexualité et en réponses aux agressions des gardiens sur les prisonnières (Jacques Guy Petit). Les réorganisations contemporaines avec l’instauration de dispositifs d’humanisation des peines, de « droit à l’intimité » (sur les UVF cf notamment Camille Lancelevée, 2011). Le droit à la sexualité fait dorénavant partie des critères de l’ONU définissant les contours d’une « incarcération acceptable ». Malgré l’interdiction formelle qui porte sur les relations sexualités, la tolérance des surveillant.es, variable en fonction des espaces, situations et du genre, fait partie des modalités de gestion de la vie et du calme en détention. G. Ricordeau met en évidence la prévalence de la norme hétérosexuelle et invite à re-problématiser la question des sexualités en lien avec les différents espaces au sein des prisons (cf. également, pour les prisons pour hommes, Olivier Milhaud).

Les liens affectifs et familiaux ont été intégrés dans l’étude de prisons à partir de l’idée que l’univers carcéral (l’emprise de la prison et de ses normes) dépasse l’enceinte du centre pénitentiaire, non seulement de manière diachronique (arrestation, procès, période de réinsertion, stigmatisation) mais également synchronique (déstabilisation de l’économie familiale, étirement voire destruction des liens, transformation des sociabilités, etc). cf. Carole Cardon (sur la sexualité des condamnés à de longues peines), Estibaliz de Miguel (impact de la prison sur les relations amoureuses des femmes incarcérées).

Pour les prisons de femmes, l’angle d’approche majoritaire a été celui de la maternité, comme le souligne Carole Cardi. Hors de la maternité, les femmes prisonnières sont confrontées à une double déviance (comme délinquantes et sujets désirants). Il est d’ailleurs intéressant d’ailleurs de voir que la justification de l’instauration des Unités de Vie Familiale (la 1ère à la centrale de Rennes en 2003) : il s’agissait de renforcer les liens mère/enfants alors que dans les prisons pour hommes : rendre possible les relations conjugales pour éviter les violences sur les autres détenus.

Il faut signaler le rôle clef des travaux récents de Myriam Joel-Lauf, dont les travaux repose sur l’hypothèse de continuité avec les pratiques antérieures, la vie ordinaire : la prison actualise des dispositions socialement acquises antérieurement. Elle invite ainsi à des-exceptionnaliser la prison, à la « décarcéraliser » (Corentin Rostand) et à « détotaliser » notre regard sur l’institution (G. Chantraine). Tout comme dans les travaux de G. Ricordeau, la prison n’est pas une exception aux normes sociales mais un laboratoire qui les rend visible de manière aigüe. En termes de pratiques sexuelles, la prison donne à voir une grande conformité aux normes de genre et elle définit les prisons pour femmes comme un puissant relai du modèle légitime de sexualité féminines.

Elle construit son propos en termes de formes de sexualités (clandestine, invisible, ostensible…) en fonction des temporalités et des espaces. Ses travaux récents portent sur les femmes autrices de violences sexuelles.

Quand on parle de sexualités prisonnières, de quoi parle-t-on ?

Je reprends la définition de Bozon (2001 : 15) : « des constructions sociales, désignant des constellations très diverses de pratiques, d’interactions, d’émotions et de représentations, qui délimitent des territoires de relations d’ampleur plus ou moins grande et donnent lieu à des processus de construction de soi variés ».

De manière générale, on peut rappeler qu’en prison tout ce qui n’est pas explicitement autorisé est interdit, pratiques sexuelles comprises (donc interdiction formelle). Ensuite dans la pratique, variation entre répression forte, condamnation morale, tolérance comme moyen de gestion de la vie en détention (car sous effectif des surveillant.es) : moyen d’assurer la tranquillité (Cardon).

De premier abord, il semble alors que la sexualité soit une pratique impossible et que la prison soit un espace sans sexe, un espace d’abstinence. Mais la prison apparaît également comme un espace saturé de sexe, de discours sur les sexualités dans leurs différentes dimensions : conjugalité, hétéro-homosexualité/érotisme ; sociabilités, mais aussi registre émotionnel, sentimental, expérimental. Mais il s’agit aussi de normes, de modèles, de l’apposition d’un sceau de la légitimité qui induit la lisibilité et la dicibilité différenciée des pratiques. Il y a donc un « bon » et un « mauvais » sexe en prison (Giami, 1995), qu’il s’agisse d’une échelle interne à la prison ou des échanges intérieur/extérieur.

La réflexion s’est articulée autour des pratiques suivantes :

– violences et tortures sexuelles, viols

– sexualité contrainte et/ou tarifée au sein de la prison

– sexualités / affectivités consenties

– santé sexuelle, intimités des corps

– maternité, contraception, avortement

Où trouver les sexualités dans les archives ?

Dans la lignée de Michel Bozon, il s’est agi de réfléchir à cette question en tentant de lier la dimension corporelle à la dimension sociale et à celle des représentations, les trois étant toujours entremêlées. Plusieurs études de cas extraites de mes archives ont permis d’aborder différentes configurations sexuelles :

– les archives de la répression (judiciaires, pénitentiaires)

– journaux intimes / correspondances conjugales (qui donnent accès à des formes de sexualité décorporéisées)

– rapports clandestins aux partis politiques (qui agit ici comme instance de contrôle)

– entretiens et témoignages (écrits et oraux)

A partir des cas présentés la discussion s’est achevée sur une discussion autour des sexualités comme stratégies de distinction (Osborne, 2009) au sein des prisonnières et sur les concepts de « continuum lesbien » (Rich, 1981) à partir des expériences de vie communautaires (en « communes ») dans les prisons.

CR – Séance 3 – Comment lire l’intime dans le creux des sources ?

Cette séance de séminaire du 2 février 2018  a été l’occasion de d’avoir une réflexion théorique sur la notion même d’intimité et sa délimitation dans nos sources. Aussi la première partie de ce CR est elle à la fois une reprise et un approfondissement du billet publié sur mon carnet de thèse ici : https://marcherenc.hypotheses.org/700.

I – Première partie :  Qu’est ce que l’intime en sciences sociales et comment lire l’intime dans le creux des sources ?

Au moment d’établir le programme de notre séminaire nous avons décidé de faire ce cette question récurrente dans nos discussion l’objet d’une séance : « comment lire l’intime dans le creux des sources »? Cette question était souvent pointée du doigt comme une aporie qui apparaissait en faisant le constat de deux constantes, convergences de nos travaux qui nous rendent les choses complexes :

  • l’intime est une notion floue, variable, protéiforme qui échappe systématiquement à la délimitation de ses contours
  • l’historien.ne n’y a jamais accès qu’à travers un discours, une mise en mots que l’on considère trop souvent comme une barrière à cet intime qui lui demeurerait caché.

Donc dans un premier temps « lire l’intime » ça suppose qu’il y a un langage de l’intime, des signes reconnaissance, donc ça suppose de le reconnaitre, de l’identifier, d’en repérer des caractéristiques objectivables. Or rien n‘est moins simple.

A quoi peut-on se raccrocher ? D’abord au fait que l’intimité n’est pas une notion a- historique. Voir sur ce point l’article de Véronique Montémont « Dans la jungle de l’intime : enquête lexicographique et lexicométrique (1606-2008) » in Pour une histoire de l’intime et de ses variations. Elle y fait une analyse lexicométrique très précise des variations d’utilisation du terme dans différents corpus et sur une vaste période. Et beaucoup de travaux ont montré qu’au-delà du simple vocable, la notion

s’imposait dans les représentations communes, notamment à partir du XVIIIe : culture de la confession, un intime d’abord relationnel, on a des amis intimes, développement d’une culture matérielle de l’intime, les journaux intimes, « l’horloge de corps » (c’est à dire les montres), le miroir,  ou le boudoir comme espace de la confidence (ce qui s’accompagne plus généralement spécialisation des pièces dans la maison). L’intimité connait sa consécration au XIXe siècle, souvent qualifié de « siècle de l’intime » : avec le « je » romantique s’exprime davantage dans les formes diaristiques et épistolaires ; ce qui s’accompagne de la valorisation d’une littérature de l’émotion. Comme le résume Michelle Perrot dans l’avant-propos de L’histoire de la vie privée, tome 4 :

Lire la suite

CR séance 2 – Caroline Muller « enquêter dans les écrits personnels : questions archivistiques, méthodologiques et éthiques »

1er décembre – Caroline Muller « enquêter dans les écrits personnels : questions archivistiques, méthodologiques et éthiques ».

En introduction cette séance a été l’occasion de réfléchir sur notre collaboration avec l’APA et à la manière de mieux utiliser ses fonds dans nos études. Un billet est à paraître sur ce sujet.

Caroline Muller a ensuite eu l’occasion de présenter le positionnement de recherche qui a été le sien dans sa thèse récemment soutenue sur la direction de conscience au XIXe siècle. Elle est revenue sur trois grandes questions qui se sont posées à elle au moment d’enquêter dans les écrits personnels.

– Des aspects archivistiques tout d’abord : en constatant une polarisation très forte des discours entre une condamnation sans appel de la direction de conscience par l’anticléricalisme et un discours normatif édifiant de la part du clergé, elle cherche à « désactiver la double légende rose ou noire », et entame une enquête difficile à la recherche des lettres échangées entre directeurs et dirigé.e.s. Une fois localisées et une fois l’accès négocié avec les ordres religieux qui les conservent, ces lettres posent certains problèmes méthodologiques : réécriture en vue de publication et coupure de certains passages qui auraient pu s’avérer très riches.

– Des aspects méthodologiques ensuite : le choix de l’étude de cas sur une quinzaine de correspondances (soit un millier de lettres en tout) s’est rapidement imposé pour prendre le temps d’entrer en intimité avec chaque famille. Au fil de la lecture, les codes propres à chaque correspondance se révèlent et permettent de mieux comprendre les blancs et de formuler des hypothèses.

– Aspects éthiques : le métier d’historien ou d’historienne pose des questions particulières quand on travaille sur ces écrits là. Comment affronte-t-on la sympathie ou l’antipathie avec certains personnages et surtout qu’est ce que cela implique méthodologiquement. Pour Caroline Muller, l’héritage positiviste qui nous apprend à mettre de côté ces aspects là est problématique. Les choix d’écriture et de diffusion qu’elle a fait découlent donc de ce constat : ne pas faire des textes de la chair à démonstration, et prendre des précautions quand à la publication de textes qui n’avaient pas vocation à l’être.

Lecture proposée par Caroline Muller comme appui pour cette séance : « Je ne suis pas une source. Entretien avec Philippe Lejeune », Sociétés & Représentations, 2002/1 (n° 13), p. 87-99. DOI : 10.3917/sr.013.0087.

CR Séance 1 – Maladies et travail à la Comédie-Française

Le corps comme instrument de travail : connaissances médicales et maladies professionnelles des acteurs et des actrices de la Comédie Française (second XVIIIe siècle)

Résumé – intervention du 6 octobre 2017, par Suzanne Rochefort

Mon travail de thèse porte sur la profession de comédien dans le second XVIIIe siècle parisien, des années 1740 à 1799. L’angle d’attaque est double : il s’agit à la fois d’une histoire du travail ( avec des aspects juridiques, économiques et organisationnels) et  d’une histoire de la visibilité des acteurs et des actrices dans un espace public des spectacles en pleine expansion. Je prends en compte aussi bien les comédiens et les comédiennes privilégié.e.s (Comédie-Française, Comédie-Italienne) que ceux et celles qui exercent dans des foires ou sur le boulevard. Il me faut donc mobiliser une grande diversité de sources : archives judiciaires, archives de presse spécialisée ou non dans le théâtre, littérature pamphlétaire contre les comédiens, traités autour du jeu de l’acteur ainsi que les riches archives de la Comédie-Française, sur lesquelles je me fonde pour cette présentation.

Ces archives contiennent notamment des dossiers individuels pour chaque acteur et actrice. Ces dossiers sont d’une épaisseur très variable mais contiennent deux éléments constants : des documents administratifs qui précisent l’avancée dans les échelons de carrière, et une correspondance. La très grande majorité des lettres conservées ont été échangées non pas avec la famille ou les amis mais en interne, avec des collègues de la Comédie-Française, à propos du fonctionnement de l’institution. C’est pour cette raison que je parle « correspondance de travail ». Quelques unes de ces lettres ont déjà été mobilisées ponctuellement pour quelques acteurs ou actrices célèbres mais n’ont jamais été mises bout à bout pour constituer un corpus.

Lire la suite

[à lire] Marine Rouch « Pudeur de l’historien.ne »

Marine Rouch, doctorante à l’université de Toulouse Jean Jaurès, travaille sur la correspondance envoyée à Simone de Beauvoir. Elle s’interroge dans cet article à la démarche qui nous préoccupe dans notre séminaire : quelle attitude doit avoir l’historien.ne face à des sources où s’exprime des choses de l’intime. Autour d’une lecture de l’ouvrage de Jelena Jovičić, L’Intime épistolaire (1850-1900), elle cherche à redéfinir son positionnement méthodologique. A lire sans modération.

Lire l’article sur le carnet de l’auteure : https://lirecrire.hypotheses.org/394

 

 

 

[Parution] Mélanie Traversier Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Champ Vallon, avril 2017.

Mélanie Traversier présente un ouvrage dans lequel elle analyse le journal « intime » que Marie Caroline de Naples rédigeait jour après jour en français, document qu’elle a reconstitué pour les années 1780 à partir des épaves de son diaire conservées à Naples et de son journal de voyage en Italie retrouvé dans une collection particulière américaine.
Ici la quatrième couverture : 
« Comment exercer son métier de reine ? Comment résister à la routine des divertissements utiles et des obligations de son sexe ? Comment surtout s’inventer un rôle politique lorsqu’on est née Marie-Caroline de Habsbourg-Lorraine et qu’on se trouve exilée à la cour de Naples, au cœur des tumultes de l’Italie des Lumières ? De 1781 à 1785, la reine de Naples s’est attachée à l’exercice quotidien de ses « écritures », sans doute pour discipliner ses propres affects.

C’est à la lecture de ce diaire qu’est convié le lecteur. Écrit dans le français parfois audacieux qui était la langue des élites européennes, ce journal d’une reine est un document historique d’une exceptionnelle richesse. Au-delà de la chronique de la vie de cour, on y assiste au surgissement d’un moi souverain qu’agite, en ces années pré-révolutionnaires, le souffle de l’histoire.
Rassemblant des pièces dispersées, Mélanie Traversier reconstitue le journal de Marie-Caroline de Naples, présenté ici pour la première fois dans son intégralité. L’édition annotée comporte en effet la retranscription d’un manuscrit que l’on croyait perdu : le récit du voyage de la reine en Italie du Nord de mai à septembre 1785, sorte de tournée d’inspection des expériences politiques du réformisme des Lumières. Elle est précédée d’un ample essai qui, à travers l’analyse de sa pratique épistolaire et de son écriture intime, éclaire la biographie d’une sœur méconnue de Marie-Antoinette. »

Archives et intimité : tour d’horizon des carnets

Ce billet souhaite proposer un petit répertoire des carnets hypothèses s’intéressant, de près ou plus indirectement, aux questions d’archives et d’intimité, quelque soit la discipline.

Voici d’abord les carnets des membres du groupe d’études :

Claire-Lise Gaillard, qui travaille sur le marché de la rencontre, mobilise des correspondances et petites annonces : https://marcherenc.hypotheses.org/

Mon propre carnet, https://consciences.hypotheses.org/, propose régulièrement des réflexions sur la correspondance « de direction de conscience » et sur les journaux personnels, ainsi que sur le regard que les historien·nes posent sur ces documents.

Mais bien d’autres carnetier·es s’intéressent à la question :

Le carnet collectif Archives19 propose, dans le billet « Archives de l’intime » https://archive19.hypotheses.org/64, une réflexion sur les documents du XIXe siècle.

Le carnet Emotion https://emotion.hypotheses.org/ : Yosra Ghliss travaille sur les corpus d’archives numériques tels que les sms et autres conversations Whatsapp. A suivre donc pour ne pas perdre de vue que l’histoire de ces documents s’écrit aussi au présent !

Le carnet L’intime et espaces du virtuel https://iev.hypotheses.org/ traite lui aussi de ce que deviennent les archives de l’intime à l’ère du numérique.

Le carnet Nalèche https://naleche.hypotheses.org/ étudie la correspondance d’Etienne de Nalèche, directeur du Journal des débats, témoin de la Première Guerre mondiale. C’est une édition critique électronique.

Le carnet Seguier https://seguier.hypotheses.org/ s’intéresse quant à lui aux archives savantes des Lumières : ici les correspondances sont mises au service de l’histoire intellectuelle et des idées.

Le carnet Prendre corps https://corpsgir.hypotheses.org/ s’appuie sur de nombreuses archives de l’intime pour proposer une histoire du genre et du quotidien du XVIIe siècle. Voir notamment les lettres de Liselotte, duchesse d’Orléans :https://corpsgir.hypotheses.org/211 

Le carnet Publier une correspondance https://puc.hypotheses.org/, mené par Danièle Poublan, détaille les coulisses de l’étude de la correspondance de la famille Duméril (XIXe siècle), dans des billets toujours stimulants pour une histoire de l’objet « lettre ».

Le carnet Mémoires16  https://memoires16.hypotheses.org/ s’intéresse de près aux écrits mémoriels d’Ancien Régime et propose sur une réflexion sur la mise en valeur de soi pendant les guerres de religion. Voir notamment ce billet, »Comment étudier les mémoires d’Ancien régime ? » https://memoires16.hypotheses.org/65

L’enquête « Enklask » de Benoit Kermoal mobilise souvent des correspondances et autres archives de l’intime https://enklask.hypotheses.org/.

A suivre donc, entre réflexions méthodologiques et exemples d’application.

Des correspondances en ligne

Ce billet vise à proposer l’esquisse d’une recension des éditions de correspondances anciennes en ligne. N’hésitez pas à suggérer celles que vous connaissez en commentaires, nous les ajouterons à la suite. Je remercie Delphine Mantienne pour ses suggestions. Voici donc quelques pistes, finalement assez révélatrices des problématiques liées à la source épistolaire à l’heure actuelle : on a beaucoup de correspondances savantes, scientifiques et politiques en ligne, et encore très peu de familles ou de gens plus ordinaires. Signe qu’il reste un travail de fonds à effectuer pour localiser et recenser les archives personnelles.

Deux remarques préliminaires:

Correspondances familiales

La correspondance de la famille Duméril et le carnet hypothèses qui la présente et l’analyse : http://correspondancefamiliale.ehess.fr/. Le carnet : http://puc.hypotheses.org/

La correspondance Morand de Jouffrey : http://morand.ens-lyon.fr/

La correspondance Fantin-Latour : http://quellen-perspectivia.net/fr/fantin-scholderer/introduction

Savants, écrivains, artistes, personnalités politiques

Antoine Dubourg, magistrat et chancelier de France (1490-1538) http://elec.enc.sorbonne.fr/dubourg/

D’Alembert : http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/

Guy Patin : http://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/

Ampère : http://www.ampere.cnrs.fr/correspondance/

Buffon : http://www.buffon.cnrs.fr/correspondance/

Falloux : http://correspondance-falloux.ehess.fr/

Juliette Drouet à Victor Hugo : http://www.juliettedrouet.org/lettres/#.VNJhrVWG_LI 

Berlioz et sa famille : http://hberlioz.com/

Delacroix : http://www.correspondance-delacroix.fr/

Flaubert : http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/

 

[actualité de la recherche] Journée d’études « Grande Collecte d’Archives de Femmes »

Journée d’études « Grande Collecte d’Archives de Femmes » au LARHRA

08/03/2017 – 14:00 → 18:00
Dans le cadre de l’opération de collecte des archives de femmes annoncée par le Ministère de la Culture et de la Communication, une demi-journée d’études est organisée par les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, la Bibliothèque Diderot de Lyon, et le LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, 34 Rue du Général Mouton-Duvernet, 69003 Lyon

[actualités de la recherche] Séminaire « aux sources de l’intime » de Clyde Plumauzille et Régis Schlagdenhauffen à l’EHESS

A l’EHESS se tient le séminaire « Aux sources de l’intime » organisé par Clyde Plumauzille et Régis Schlagdenhauffen. Les jeudi de 14 h à 17 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 23 février 2017 au 20 avril 2017, puis dernière séance le 18 mai 2017.

Présentation du séminaire :  » Journaux intimes, documents personnels et archives du for privé constituent une source de choix pour les historien-ne-s et chercheur-e-s en SHS en ce qu’ils offrent un accès privilégié à la parole et à la subjectivité des acteurs et actrices. Pour autant, bien qu’ils permettent une histoire à « hauteur d’homme», ces documents ne sauraient constituer un accès immédiat et transparent à une quelconque vérité personnelle. Ils sont porteurs d’enjeux de recherche et de problématiques méthodologiques spécifiques à l’écriture de soi que ce séminaire se propose d’explorer. Espace interactif et de participation, ce dernier alternera séances de contenus, présentations par des chercheurs ayant travaillé sur des journaux intimes, visite de fonds d’archives (séance au MNHN), initiation aux techniques de codage et de transcription ainsi que la réalisation d’enquêtes collectives.

Programme :

Pgm Aux sources de l’intime

Lire la suite

Archives et intimités

Ce carnet traitera du rapport des historiens aux archives de l’intimité dans une acception large. En tant qu’objet d’étude l’intimité n’est accessible qu’au prisme d’archives spécifiques dont il faut saisir les biais. Mais nous nous proposons également d’interroger l’intime comme une catégorie d’analyse, une démarche de connaissances à éprouver largement au delà du seul cadre de l’histoire des intimités.