CR Séance 1 – Maladies et travail à la Comédie-Française

Le corps comme instrument de travail : connaissances médicales et maladies professionnelles des acteurs et des actrices de la Comédie Française (second XVIIIe siècle)

Résumé – intervention du 6 octobre 2017, par Suzanne Rochefort

Mon travail de thèse porte sur la profession de comédien dans le second XVIIIe siècle parisien, des années 1740 à 1799. L’angle d’attaque est double : il s’agit à la fois d’une histoire du travail ( avec des aspects juridiques, économiques et organisationnels) et  d’une histoire de la visibilité des acteurs et des actrices dans un espace public des spectacles en pleine expansion. Je prends en compte aussi bien les comédiens et les comédiennes privilégié.e.s (Comédie-Française, Comédie-Italienne) que ceux et celles qui exercent dans des foires ou sur le boulevard. Il me faut donc mobiliser une grande diversité de sources : archives judiciaires, archives de presse spécialisée ou non dans le théâtre, littérature pamphlétaire contre les comédiens, traités autour du jeu de l’acteur ainsi que les riches archives de la Comédie-Française, sur lesquelles je me fonde pour cette présentation.

Ces archives contiennent notamment des dossiers individuels pour chaque acteur et actrice. Ces dossiers sont d’une épaisseur très variable mais contiennent deux éléments constants : des documents administratifs qui précisent l’avancée dans les échelons de carrière, et une correspondance. La très grande majorité des lettres conservées ont été échangées non pas avec la famille ou les amis mais en interne, avec des collègues de la Comédie-Française, à propos du fonctionnement de l’institution. C’est pour cette raison que je parle « correspondance de travail ». Quelques unes de ces lettres ont déjà été mobilisées ponctuellement pour quelques acteurs ou actrices célèbres mais n’ont jamais été mises bout à bout pour constituer un corpus.

Lire la suite

[à lire] Marine Rouch « Pudeur de l’historien.ne »

Marine Rouch, doctorante à l’université de Toulouse Jean Jaurès, travaille sur la correspondance envoyée à Simone de Beauvoir. Elle s’interroge dans cet article à la démarche qui nous préoccupe dans notre séminaire : quelle attitude doit avoir l’historien.ne face à des sources où s’exprime des choses de l’intime. Autour d’une lecture de l’ouvrage de Jelena Jovičić, L’Intime épistolaire (1850-1900), elle cherche à redéfinir son positionnement méthodologique. A lire sans modération.

Lire l’article sur le carnet de l’auteure : https://lirecrire.hypotheses.org/394

 

 

 

[Parution] Mélanie Traversier Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Champ Vallon, avril 2017.

Mélanie Traversier présente un ouvrage dans lequel elle analyse le journal « intime » que Marie Caroline de Naples rédigeait jour après jour en français, document qu’elle a reconstitué pour les années 1780 à partir des épaves de son diaire conservées à Naples et de son journal de voyage en Italie retrouvé dans une collection particulière américaine.
Ici la quatrième couverture : 
« Comment exercer son métier de reine ? Comment résister à la routine des divertissements utiles et des obligations de son sexe ? Comment surtout s’inventer un rôle politique lorsqu’on est née Marie-Caroline de Habsbourg-Lorraine et qu’on se trouve exilée à la cour de Naples, au cœur des tumultes de l’Italie des Lumières ? De 1781 à 1785, la reine de Naples s’est attachée à l’exercice quotidien de ses « écritures », sans doute pour discipliner ses propres affects.

C’est à la lecture de ce diaire qu’est convié le lecteur. Écrit dans le français parfois audacieux qui était la langue des élites européennes, ce journal d’une reine est un document historique d’une exceptionnelle richesse. Au-delà de la chronique de la vie de cour, on y assiste au surgissement d’un moi souverain qu’agite, en ces années pré-révolutionnaires, le souffle de l’histoire.
Rassemblant des pièces dispersées, Mélanie Traversier reconstitue le journal de Marie-Caroline de Naples, présenté ici pour la première fois dans son intégralité. L’édition annotée comporte en effet la retranscription d’un manuscrit que l’on croyait perdu : le récit du voyage de la reine en Italie du Nord de mai à septembre 1785, sorte de tournée d’inspection des expériences politiques du réformisme des Lumières. Elle est précédée d’un ample essai qui, à travers l’analyse de sa pratique épistolaire et de son écriture intime, éclaire la biographie d’une sœur méconnue de Marie-Antoinette. »

Archives et intimité : tour d’horizon des carnets

Ce billet souhaite proposer un petit répertoire des carnets hypothèses s’intéressant, de près ou plus indirectement, aux questions d’archives et d’intimité, quelque soit la discipline.

Voici d’abord les carnets des membres du groupe d’études :

Claire-Lise Gaillard, qui travaille sur le marché de la rencontre, mobilise des correspondances et petites annonces : https://marcherenc.hypotheses.org/

Mon propre carnet, https://consciences.hypotheses.org/, propose régulièrement des réflexions sur la correspondance « de direction de conscience » et sur les journaux personnels, ainsi que sur le regard que les historien·nes posent sur ces documents.

Mais bien d’autres carnetier·es s’intéressent à la question :

Le carnet collectif Archives19 propose, dans le billet « Archives de l’intime » https://archive19.hypotheses.org/64, une réflexion sur les documents du XIXe siècle.

Le carnet Emotion https://emotion.hypotheses.org/ : Yosra Ghliss travaille sur les corpus d’archives numériques tels que les sms et autres conversations Whatsapp. A suivre donc pour ne pas perdre de vue que l’histoire de ces documents s’écrit aussi au présent !

Le carnet L’intime et espaces du virtuel https://iev.hypotheses.org/ traite lui aussi de ce que deviennent les archives de l’intime à l’ère du numérique.

Le carnet Nalèche https://naleche.hypotheses.org/ étudie la correspondance d’Etienne de Nalèche, directeur du Journal des débats, témoin de la Première Guerre mondiale. C’est une édition critique électronique.

Le carnet Seguier https://seguier.hypotheses.org/ s’intéresse quant à lui aux archives savantes des Lumières : ici les correspondances sont mises au service de l’histoire intellectuelle et des idées.

Le carnet Prendre corps https://corpsgir.hypotheses.org/ s’appuie sur de nombreuses archives de l’intime pour proposer une histoire du genre et du quotidien du XVIIe siècle. Voir notamment les lettres de Liselotte, duchesse d’Orléans :https://corpsgir.hypotheses.org/211 

Le carnet Publier une correspondance https://puc.hypotheses.org/, mené par Danièle Poublan, détaille les coulisses de l’étude de la correspondance de la famille Duméril (XIXe siècle), dans des billets toujours stimulants pour une histoire de l’objet « lettre ».

Le carnet Mémoires16  https://memoires16.hypotheses.org/ s’intéresse de près aux écrits mémoriels d’Ancien Régime et propose sur une réflexion sur la mise en valeur de soi pendant les guerres de religion. Voir notamment ce billet, »Comment étudier les mémoires d’Ancien régime ? » https://memoires16.hypotheses.org/65

L’enquête « Enklask » de Benoit Kermoal mobilise souvent des correspondances et autres archives de l’intime https://enklask.hypotheses.org/.

A suivre donc, entre réflexions méthodologiques et exemples d’application.

Des correspondances en ligne

Ce billet vise à proposer l’esquisse d’une recension des éditions de correspondances anciennes en ligne. N’hésitez pas à suggérer celles que vous connaissez en commentaires, nous les ajouterons à la suite. Je remercie Delphine Mantienne pour ses suggestions. Voici donc quelques pistes, finalement assez révélatrices des problématiques liées à la source épistolaire à l’heure actuelle : on a beaucoup de correspondances savantes, scientifiques et politiques en ligne, et encore très peu de familles ou de gens plus ordinaires. Signe qu’il reste un travail de fonds à effectuer pour localiser et recenser les archives personnelles.

Deux remarques préliminaires:

Correspondances familiales

La correspondance de la famille Duméril et le carnet hypothèses qui la présente et l’analyse : http://correspondancefamiliale.ehess.fr/. Le carnet : http://puc.hypotheses.org/

La correspondance Morand de Jouffrey : http://morand.ens-lyon.fr/

La correspondance Fantin-Latour : http://quellen-perspectivia.net/fr/fantin-scholderer/introduction

Savants, écrivains, artistes, personnalités politiques

Antoine Dubourg, magistrat et chancelier de France (1490-1538) http://elec.enc.sorbonne.fr/dubourg/

D’Alembert : http://dalembert.academie-sciences.fr/Correspondance/

Guy Patin : http://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/

Ampère : http://www.ampere.cnrs.fr/correspondance/

Buffon : http://www.buffon.cnrs.fr/correspondance/

Falloux : http://correspondance-falloux.ehess.fr/

Juliette Drouet à Victor Hugo : http://www.juliettedrouet.org/lettres/#.VNJhrVWG_LI 

Berlioz et sa famille : http://hberlioz.com/

Delacroix : http://www.correspondance-delacroix.fr/

Flaubert : http://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/

 

[actualité de la recherche] Journée d’études « Grande Collecte d’Archives de Femmes »

Journée d’études « Grande Collecte d’Archives de Femmes » au LARHRA

08/03/2017 – 14:00 → 18:00
Dans le cadre de l’opération de collecte des archives de femmes annoncée par le Ministère de la Culture et de la Communication, une demi-journée d’études est organisée par les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, la Bibliothèque Diderot de Lyon, et le LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes) aux Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon, 34 Rue du Général Mouton-Duvernet, 69003 Lyon

[actualités de la recherche] Séminaire « aux sources de l’intime » de Clyde Plumauzille et Régis Schlagdenhauffen à l’EHESS

A l’EHESS se tient le séminaire « Aux sources de l’intime » organisé par Clyde Plumauzille et Régis Schlagdenhauffen. Les jeudi de 14 h à 17 h (salle 3, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 23 février 2017 au 20 avril 2017, puis dernière séance le 18 mai 2017.

Présentation du séminaire :  » Journaux intimes, documents personnels et archives du for privé constituent une source de choix pour les historien-ne-s et chercheur-e-s en SHS en ce qu’ils offrent un accès privilégié à la parole et à la subjectivité des acteurs et actrices. Pour autant, bien qu’ils permettent une histoire à « hauteur d’homme», ces documents ne sauraient constituer un accès immédiat et transparent à une quelconque vérité personnelle. Ils sont porteurs d’enjeux de recherche et de problématiques méthodologiques spécifiques à l’écriture de soi que ce séminaire se propose d’explorer. Espace interactif et de participation, ce dernier alternera séances de contenus, présentations par des chercheurs ayant travaillé sur des journaux intimes, visite de fonds d’archives (séance au MNHN), initiation aux techniques de codage et de transcription ainsi que la réalisation d’enquêtes collectives.

Programme :

Pgm Aux sources de l’intime

Lire la suite

Archives et intimités

Ce carnet traitera du rapport des historiens aux archives de l’intimité dans une acception large. En tant qu’objet d’étude l’intimité n’est accessible qu’au prisme d’archives spécifiques dont il faut saisir les biais. Mais nous nous proposons également d’interroger l’intime comme une catégorie d’analyse, une démarche de connaissances à éprouver largement au delà du seul cadre de l’histoire des intimités.