Compte rendu séance 1 – ouverture du séminaire

CR du 5 décembre 2016

Présentation du projet en 2 axes

  • un axe théorique : ateliers de recherche pour jeunes chercheurs.

Créer un espace de dialogue permettant la confrontation entre nos terrains et donc un espace qui nous force à la réflexivité permanente et une boîte à outils commune, de mettre en commun nos efforts de quête et d’enquête. Il apparait évident que nous avons des questionnements communs au delà des différentes périodes et des supports divers. Il semble que pour nous tou.te.s se pose toutefois la question du statut de ces archives de l’intime, de leur croisement avec d’autres types d’archives (publiques, institutionnelles…). Ces archives semblent en effet, dans la majeure partie des cas, caractérisée par leur rareté, ce qui les rend précieuses mais qui impose également de ne pas tomber dans la fascination (avec l’idée que le volume permettrait de banaliser) et qui nous oblige à réfléchir autour de la question de leur représentativité. Se pose donc la question de l’usage de ces archives, notamment dans le cas particulier des d’archives non déposées (co-construites ou confiées par des producteurs d’archives ou leurs descendants) et qu’en tant que chercheur.e nous investissons les histoires et mémoires personnelles et familiales de nos enquêté.e.s.

Au cours de la discussion nous nous sommes entendu.e.s sur une approche constructiviste dans la mesure où nous ne définissons a priori ni « intimités » ni « archives de l’intime ». Nous considérons ainsi qu’elles sont redevables de leur contexte de production et sont donc historiquement et socialement situées, et que le pluriel est de mise. Nous cherchons donc à la fois à prendre les intimités comme une catégorie d’analyse (un outil de compréhension, d’interrogation des mondes sociaux, une démarche de connaissance) et comme un objet historique qui nous renseigne sur l’histoire du quotidien, du corps etc… L’idée est donc de se restreindre a priori ni sur le contenu ni sur la matérialité de l’archive a priori. Ce qui nous réunit tiendrait plutôt aux questionnements, sur la définition même de l’intime et des archives de l’intime. Prendre les intimités comme catégorie d’analyse nous permettrait ainsi d’aborder plusieurs sous-axes transversaux : le genre, la mémoire, le corps, la mise en écriture entre autres.

  • Un axe pratique : discussion avec la société civile et collecte d’archives

L’idée proposée est de créer une association loi 1901 à la fois pour faire le lien entre les chercheurs concernés par les questions de l’intimité et instaurer un dialogue avec le grand public. L’ambition ne ne pas laisser dans les greniers les archives de particuliers passionnés d’histoire qui seraient disposés à les mettre à la disposition des historien.ne.s.

Donc il faut chercher à ce que cette association ne soit pas un simple atelier de chercheurs mais ait aussi une visibilité auprès de la société civile. L’idée serait de se penser comme une interface entre les particuliers disposés à confier leurs archives au travail des historiens et les chercheurs. La ligne de mire à long terme est de proposer un projet à la manière à la fois de l’APA et des écrits du for privé, et envisager une collecte des sources et une mise en commun d’inventaires de sources privées. Et possibles mise en lignes de certaines archives numérisées (pour les documents pour lesquels on aurait les droits).

Pourquoi une association ? 

Volonté de travailler sur et avec des personnes ordinaires => nécessite un aller et retour, honorer la forme de dette que nous avons envers eux qui nous ont laissé entrer dans une partie de leur passé. D’où volonté de diffusion et du format : asso 1901, pas seulement groupement universitaire. Mais ça peut aussi faciliter le rapport de confiance avec les particuliers qui nous confient des archives, ça donne à l’historien en tant qu’individu un peu de légitimité et atténue le sentiment de voyeurisme.