Compte rendu de séance 3 – Intimité entre quantitatif et qualitatif

L’intime entre quantitatif et qualitatif – séance du 2 juin 2017

Notes de Suzanne Rochefort

La question de l’utilisation de méthodes quantitatives dans le cadre d’un travail sur l’intime s’est rapidement imposée, et ce pour deux raisons principales :

  • La rareté des sources de l’intime, qui occupent souvent une place moindre dans nos corpus. De plus, à l’intérieur de chacune de nos sources, l’intime peut être dissous, noyé dans une abondance d’informations.
  • La difficulté à monter en généralité à partir de ces sources, qui relèvent de l’individu, du singulier. On se le représente comme un espace plus ou moins large, une sphère d’action qui dépend de l’individu. Or le travail de l’historien consiste à sortir du singulier ; même les travaux de microhistoire disent plus que le particularisme de l’individu.

L’intime peut-il se prêter au quantitatif ? Quelles méthodes peut-on employer ?

  1. L’intime et les méthodes qualitatives

La méthode qualitative ne rejette pas les chiffres, mais elle ne leur accorde pas la première importance. Elle tente de saisir des constantes, des expériences communes, partagées, dans des données parfois difficilement quantifiables.

  • Travail d’Anne-Claire Rebreyend : A.-C. Rebreyend, Intimités amoureuses. France 1920-1975, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2008

« Il est possible d’étudier des parcours individuels sans les soustraire à leur environnement social et culturel, de retrouver la parole des individus au style direct […]. Cette étude relève donc d’une démarche plus qualitative que quantitative, dans laquelle une grande attention est portée au vocabulaire employé, aux « mots pour le dire » » (p. 15)

  • Travail de Clémentine Vidal-Naquet : C. Vidal-Naquet, Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

Cette étude pose la question de l’articulation du singulier et du collectif ; comment donner du sens à des correspondances qui ont pu apparaître comme « banales » au dépouillement ? C’est finalement le procédé d’accumulation qui fait émerger une communauté d’expériences, et désingularise les correspondances.

  1. L’intime et les méthodes quantitatives

Quantifier : « Exprimer et faire exister sous une forme numérique ce qui, auparavant, était exprimé par des mots et non par des nombres ». C’est la définition que donne Alain Desrosières (A. Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification, Paris, Mines Paris Tech, 2008), p. 10. Pour Alain Desrosières, le chiffre fait exister et solidifie des catégories et des classes.

Le quantitatif peut être utilisé dans plusieurs logiques :

  • Logique exploratoire, pour invalider ou valider des hypothèses
  • Logique d’administration de la preuve

Dans quelle mesure et sous quelles conditions peut appliquer cela à l’intime, sans dissoudre son objet dans le chiffre ?

Travail de Claire-Lise Gaillard : Thèse en cours sur le marché de la rencontre du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle (marieuses, agences matrimoniales, petites annonces de rencontre)

Un corpus de petites annonces peut faire plus de 4000 petites annonces. Chaque mot est une donnée quantifiable. Mais si le sujet peut paraître intime (la recherche de l’amour) l’intimité passe bien par une publicité, grâce à la médiatisation du journal. D’ailleurs, les petites annonces sont très normées, avec une structure très nette, qui laisse peu de place à l’apparition d’une singularité. Les annonces ne sont pas passionnée, mais laissent place à la gravité de l’enjeu, c’est à dire la quête d’un conjoint qui correspondrait aux critères attendus par l’individu.

Comment alors déceler l’intimité à travers cette publicisation ?

Il apparaît que cela n’est pas possible pour l’historien, qui ne peut pas saisir cet espace, car l’intime diffère toujours de son expression, que l’on recueille par le biais des sources. Certains sociologues des réseaux sociaux ont également mis en évidence cette tension, comme Sandra Lemeilleur, qui a soutenu en 2016 une thèse intitulée : « L’expressivité de l’intime dans les dispositifs du web – Processus de la subjectivité et machinations contemporaines » -voir un résumé en ligne. Selon elle, l’intime demeure dans l’indicible, mais de nouvelles formes d’intime se construisent dans les tentatives d’expression de cet intime.

 Le travail de Claire-Lise Gaillard est donc plutôt de saisir non l’intime en lui-même, mais ses multiples formes d’expression, par exemple à travers la mise en scène d’eux-mêmes que proposent les individus dans les petites annonces. On peut mobiliser la notion d’extime, d’abord employée par Lacan puis remobilisée par Serge Tisseron.

« Pour Lacan la notion d’extime désigne tout ce qui est tourné vers le dehors, est en prise sur les événements extérieurs. C’est un intime sorti du champ de l’intériorité, un intime que le sujet espère trouver, hors de lui, dans le champ de l’autre. Serge Tisseron s’est emparé dans l’Intimité sur-exposée (2002) de l’adjectif « extime » et du substantif « extimité » pour les redéfinir à la lumière d’une modernité soucieuse d’exhiber son intimité. En sur-exposant son intimité, en mettant en avant une partie intime de sa vie, physique ou psychique, le sujet contemporain attend qu’elle soit validée par le regard d’autrui. […] Il s’agit d’exposer son intimité pour que l’autre nous en confirme la valeur ». (A. Coudreuse et F. Simonet-Tenant, Pour une histoire de l’intime et de ses variations, Paris, l’Harmattan, 2010, p. 8-9).

Dans le cadre d’un travail historique sur les petites annonces, il est donc intéressant d’étudier la mise en confrontation d’une individualité avec différentes normes, comme des normes d’âge. Les individus se conforment ou non à ces normes, plus ou moins sciemment, dans un équilibre entre compréhension de choix et publicisation.

Claire-Lise Gaillard propose de croiser plusieurs méthodes :

  • une analyse lexicométrique sur des corpus de petites annonces, afin d’appréhender l’ensemble du vocabulaire employé sans biais préalable.
  • une base de données par individu, récapitulant leurs principales caractéristiques. L’enjeu est double : il faut à la fois créer des catégories, afin d’agglomérer et de lisser les informations, tout en multipliant les codages (par métier, par grade de métier, par environnement social, par revenus patrimoniaux déclarés, etc.). Cela permet de multiplier les requêtes. Une des difficultés réside dans la qualité des données, qui n’est pas uniforme (données floues ou manquantes).

Ces méthodes permettent d’abord de mettre en évidence des grands phénomènes, des « choses qui tiennent » (A. Desrosières, Comment faire des choses qui tiennent : histoire sociale et statistique », Histoire & Mesure, vol. 4, n°3, 1989, p. 225-242). Les statistiques permettent de modéliser des normes. On peut ensuite confronter des individualités à ces normes, en s’intéressant aux petits événements, et aux petits décalages, qui permettent aussi de voir surgir quelque chose de l’ordre de l’individuel (avec des termes très rarement employés dans le langage très stéréotypé des petites annonces par exemple). Mais n’oublions pas que certaines sources, des correspondances par exemple, le personnel et l’intime peuvent aussi se loger dans la banalité du propos, qui recréé une intimité entre les épistoliers.

Les précautions à prendre sont nombreuses :

  • Le chiffre est un moment de la recherche, un indice, qui doit nous amener à aller vers d’autres choses, et à revenir aux sources pour valider des hypothèses.
  • L’emploi de la méthode qualitative doit être explicité pour que le lecteur ait toutes les clés pour refaire le cheminement de l’historien.
  • Enfin, le qualitatif et le quantitatif se mêlent étroitement. On peut combiner différents niveaux d’analyses, par exemple en s’intéressant d’abord à des statistiques sur tout le corpus, puis sur des sous-groupes, puis en mettant en lumière certaines petites annonces qui contredisent ou illustrent ces chiffres.