Compte rendu séance 2

CR du 13 février 2017

par Suzanne Rochefort

  • Remarques générales sur les ambitions et l’organisation du groupe : 

La dimension « atelier » et la dimension « collecte/valorisation » sont à envisager de façon distincte : on peut très bien participer à l’un des volets et pas à l’autre, avec des réunions à des dates différentes.

Atelier de recherche :

Rythme : tous les deux mois

L’objectif est notamment de combler un certain vide théorique, car les sites de l’APA ou des Archives du For privé ne proposent pas de réflexions théoriques sur « l’intime ». Le carnet servira aussi de support pour un réseau de jeunes chercheurs qui travaillent sur l’intime (envoi prochain d’un mail sur plusieurs listes de diffusion, afin d’avoir une liste de noms de personnes qui abordent des problématiques de « l’intime », et de leurs sujets de recherche, afin de faciliter les échanges). Les publications de ce carnet seraient relayées sur Twitter, dans un fil dédié.

Repérage et collecte d’archives de l’intime

Un projet plus ambitieux, qui est à géométrie variable.

1/ Commencer par « cartographier » les choses qui existent déjà sur internet (sur des sites non institutionnels), travail de veille et de repérage.

2/ Mettre en place une plateforme numérique qui ne serait pas complètement ouverte : elle demanderait une inscription et permettrait un accès à certaines archives numérisées. La numérisation est bien sûr un projet de grande ampleur qui nécessite des financements ; un simple inventaire descriptif des archives existantes, en quelques lignes, réalisé par des particuliers volontaires à propos de leurs archives serait déjà très intéressant.

  • Présentation de Lise Manin : Historiographie sur l’intime

Il s’agit d’une intervention réalisée par Lise l’année dernière dans le cadre des doctoriales de la société des études romantiques & dix-neuviémistes. On lui avait alors demandé de réaliser une « chronologie » de l’intime ; Lise avait alors pu montrer que ce n’était pas vraiment possible ! Quelques grandes lignes :

1/ Essayer de définir l’objet, avec une recherche des termes « intime » et « intimités » dans Google : on trouve alors beaucoup de journaux intimes, de mémoires → L’intime semble être le territoires des littéraires, du moi et de l’aveu.

Sur thèses.fr, on trouve sur la thèse d’Anne-Claire Rebreyend : « Pour une histoire de l’intime : sexualités et sentiments amoureux en France de 1920 à 1975 ». Sa thèse offre une introduction solide ; en voici quelques points.

–  A.C Rebreyend réduit l’intime à l’étude de deux grands domaines, la sexualité et les relations amoureuses (excluant ainsi les relations amicales, fraternelles, familiales…) ; ce cadre conceptuel sera largement repris par la suite.

– Parcours étymologique : intimus, au fond, en dedans → aller au plus privé, au plus personnel de l’être. Histoire de l’enfoui et du secret, par définition du non-communicable. AC Rebreyend retrace du terme dans les dictionnaires. D’abord dès la fin du XIVe siècle, désigne une relation proche entre deux individus. Ensuite, désigne aussi la vie intérieure et secrète au début du XVIe, usage confirmé par Furetière au XVIIe. Au XVIIIe, l’intime commence à se dire au physique et au moral. Enfin, au XIXe, l’adjectif en vient à désigner un lieu, une atmosphère, et pas seulement des relations amicales, mais aussi une vie familiale, domestique. Il y a donc un élargissement progressif de l’utilisation du terme, avec progressivement un usage qui se répand pour parler de la vie privée, du couple, et du corps, de façon organique (« parties intimes » qui désignent les parties sexuelles).

L’usage dans les sources suit celui des dictionnaires. Caractère labile et mobile de cette notion : profond/superficiel, apparent/caché, non communicable/dicible, voilement/dévoilement. 

Problème dans la définition que les sciences humaines en donnent : terme d’intime assez large, plus qu’intimités : utilisé pour désigner les manières d’habiter, les usages du quotidien, les relations entre les personnes en général. On tend trop souvent à confondre intime et privé : Philippe Lejeune rappelle que l’intime peut devenir public (publications de journaux, intérêt des autorités pour le privé). Autre distinction : individu et collectivité. Un intime collectif est-il possible ? Les moeurs et les préjugés d’une époque construisent un sens partagé et redéfinissent ce qui relève d’une intime. Comment les individus intègrent-ils les discours dominants ou s’en jouent dans leurs pratiques ou leurs représentations ?

⇒ Finalement, absence de définition stricte de l’intime dans l’introduction de la thèse d’AC Rebreyend. Sur quelles terres, dans quels champs peut-on trouver l’intime ?

2/ Histoire des sensibilités : Michelle Perrot, dans son Histoire de la vie privée, veut retracer l’histoire des émotions, des élans du corps et du coeur. Il faudrait donc faire l’histoire des sensibilités quand on veut traquer l’intime. Dans son Histoire de chambres, elle désigne la chambre comme une boite à la fois réelle et imaginaire. Pour trouver l’intime, il faudrait alors s’intéresser au « privé du privé » (Alain Corbin) : en effet, on peut étudier le mobilier de la chambre, sans pour autant percer les pratiques sexuelles entre amants. Il faudrait donc aller le plus loin possible pour trouver l’intime, et privilégier une approche sensuelle, émotionnelle, voire « poétique » (A. Farge).

Quels sont les autres sous-champs à arpenter ?

L’intime apparait comme un objet inscrit dans l’histoire des sexualités, un objet assez tardif comme l’a souligné Sylvie Chaperon, qui explique cela par un certain puritanisme de l’université, et par le fait que la sexualité a longtemps été envisagée comme quelque chose d’immuable, d’anhistorique. Le renversement s’est notamment produit avec les travaux de Foucault : ce qui ne pouvait pas se dire est constitué en science de la sexualité à la fin du XIXe, nouvelle façon de parler de soi. La sexualité est bien une construction. Histoire des sexualités s’appuie sur la notion de « comportement sexuel » : configuration avec répertoire de pratiques, de scénarios, de représentations. L’histoire de l’intime s’inscrit dans l’histoire des sexualités, mais pose la question de l’expérience amoureuse, qui est à la fois un événement psychique, une forme de sociabilité et une vision du monde. L’amour semble encore plus difficile à historiciser que la sexualité: études sur le couple, les temps forts de la conjugalité, du flirt. Mais on se penche plus sur l’amont ou l’aval de la sexualité, et pas sur la rencontre des corps.

Dans l’histoire du genre ? Dans l’Histoire des femmes en Occident, on trouve seulement un article sur l’amour, et un article sur les « sexualités dangereuses ». La déconstruction des intimités progresse avec l’histoire du genre. Anne-Marie Sohn a montré comment l’intrusion des autorités politiques peut dévoiler des pratiques « vues d’en bas » : pour elle, la vie privée se définit par les gestes quotidiens et par les relations intimes.

A partir de quelles sources travailler l’intime ? C’est possible à partir de sources judiciaires (AM Sohn), de correspondances et de littérature du moi (Fabienne Casta-Rosaz, ou Cécile Dauphin et Arlette Farge, dans Séduction et Sociétés. Approche historique). Problème : dans les récits autobiographiques, les aspects biographiques ou professionnels sont souvent privilégiés – et les femmes sont beaucoup moins présentes que les hommes.

Autres sous-thèmes féconds :

– histoire de la jeunesse (formation des identités). Essor dans les années 1990, avec l’Histoire des jeunes en Occident qui interroge la notion d’adolescent, et l’intériorisation des modèles de comportement à travers la catégorie même « d’adolescent ». D’ailleurs, la catégorie « jeune fille » est surtout pertinente dans les couches les plus élevées de la société ; l’inégalité sociale vient s’ajouter à l’inégalité sexuelle.

– histoire du corps

– histoire de la virilité

  • Discussion

– La question de la foi n’a pas été abordée, on se pose peu la question de l’intime et du religieux. Or, d’après les recherches de Caroline Müller, les questions du doute sur la foi sont aussi censurées dans les correspondances que des questions qui touchent au corps, au charnel.

Manière dont les gens catégorisent ce qui est le plus intime, ce ne sont pas forcément nos catégories. Les historiens du catholicisme partent du fait que la foi ne s’étudie pas. On va chercher la foi dans des pratiques, mais la messe ou les confessions ne sont pas forcément des lieux d’expression de la foi. On envisage encore la foi comme objet anhistorique.

– Cela pose la question plus générale de la montée du « moi » au XIXe siècle. Il existe peu de travaux, mais sur le rapport entre bouleversements politiques et changement du « moi », on peut citer : Jan Goldstein, The Post-Revolutionary Self. Politics and Psyche in France, 1750-1850, 2005.

– Mettre en dialogue les sensibilités et la question de l’individu. On dit souvent un mot pour un autre : émotion pour individu, pour sensibilité, de façon peu cadrée. Mais l’enjeu n’est pas de deviner ce qui n’est pas dit dans les sources : on ne peut pas se mettre à la place des acteurs sociaux. De plus, cela nous amènerait à parler avec nos propres catégories.

– Pour nous, l’intime est toujours pensé comme un espace, un lieu (le plus profond). Mais les frontières changent selon les espaces, elles sont sans cesse réévaluées. Il faut se poser la question : qu’est-ce que ça signifie aller au plus profond ?, car cela ne va pas de soi. Attention à la spécificité des sources. On confond trop souvent les journaux du moi et les correspondances. Mais dans les correspondances il y a une vraie interaction qui réévalue sans cesse les limites de l’intime. Il s’agit donc plutôt de faire l’histoire du déplacement des frontières entre visible et non visible, et non de chercher à trancher entre intime et non-intime. 

– L’intime est-il un objet, ou bien une catégorie d’analyse qui pourrait être utilisée dans tous les champs ? Dès qu’on parle de l’intime, la question des politiques, de l’Etat, semble avoir disparu. Article intéressant d’Axel Pohn Weidinger paru dans Genèses en 2013 (Une statistique de l’intimité : la catégorie du logement surpeuplé entre statistique et droit).  Aborde la question des enquêtes immobilières après la seconde guerre mondiale, et du comptage des pièces des logements. Comment l’Etat et d’autres acteurs créent-ils alors des frontières ?  Il y a également l’ouvrage de Marcela Iacub, Par le trou de la serrure : Une histoire de la pudeur publique, XIXe-XXIe siècle, qui traite du regard de l’Etat sur les individus qui ont été amenés à cacher certaines pratiques. Approche juridique, déplacement de la jurisprudence (mais on n’en sait pas plus sur ce que font concrètement les individus).

Question de la réflexivité, du lien qui se crée entre nous et nos acteurs de l’intime. Création d’un certain continuum après beaucoup de temps passé dans des correspondances par exemple.  Certes, on ne peut pas empêcher l’attachement par exemple, mais beaucoup de choses se résolvent dans l’écriture : éviter le lyrisme, et écrire en retenue, tout en essayant de rapporter les paroles des acteurs en maximum.

-Question de la représentativité : le plus important n’est pas de rechercher la représentativité à tout prix (elle est souvent illusoire) mais de situer toujours au maximum ses acteurs.

➔ Faut-il défendre une histoire de l’intime ? Non, l’intime est plutôt pour nous une catégorie d’analyse utile pour scruter différents axes qui ne relèvent pas forcément de l’histoire du corps, de l’amour, etc.