[Parution] Mélanie Traversier Le journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Champ Vallon, avril 2017.

Mélanie Traversier présente un ouvrage dans lequel elle analyse le journal « intime » que Marie Caroline de Naples rédigeait jour après jour en français, document qu’elle a reconstitué pour les années 1780 à partir des épaves de son diaire conservées à Naples et de son journal de voyage en Italie retrouvé dans une collection particulière américaine.
Ici la quatrième couverture : 
« Comment exercer son métier de reine ? Comment résister à la routine des divertissements utiles et des obligations de son sexe ? Comment surtout s’inventer un rôle politique lorsqu’on est née Marie-Caroline de Habsbourg-Lorraine et qu’on se trouve exilée à la cour de Naples, au cœur des tumultes de l’Italie des Lumières ? De 1781 à 1785, la reine de Naples s’est attachée à l’exercice quotidien de ses « écritures », sans doute pour discipliner ses propres affects.

C’est à la lecture de ce diaire qu’est convié le lecteur. Écrit dans le français parfois audacieux qui était la langue des élites européennes, ce journal d’une reine est un document historique d’une exceptionnelle richesse. Au-delà de la chronique de la vie de cour, on y assiste au surgissement d’un moi souverain qu’agite, en ces années pré-révolutionnaires, le souffle de l’histoire.
Rassemblant des pièces dispersées, Mélanie Traversier reconstitue le journal de Marie-Caroline de Naples, présenté ici pour la première fois dans son intégralité. L’édition annotée comporte en effet la retranscription d’un manuscrit que l’on croyait perdu : le récit du voyage de la reine en Italie du Nord de mai à septembre 1785, sorte de tournée d’inspection des expériences politiques du réformisme des Lumières. Elle est précédée d’un ample essai qui, à travers l’analyse de sa pratique épistolaire et de son écriture intime, éclaire la biographie d’une sœur méconnue de Marie-Antoinette. »

[à lire] Nicolas Mariot Histoire d’un sacrifice. Robert, Alice et la guerre (1914-1917)

Histoire d'un sacrifice

relecture d’une correspondance

Nicolas Mariot reprend la correspondance de Robert Hertz pour analyser les ressorts de son engagement dans la guerre. Toute sa correspondance permet de montrer comment il s’était préparé lui même et avait préparé sa femme à la nécessité de combattre. Le livre est constitué de 62 chapitres brefs qui suivent de près la correspondance de Hertz ce qui nous immerge au coeur d’un moment de maturation de pensée. On suit au plus près l’évolution de quelques individus dans la maturation d’un évènement, et la construction par Hertz de son propre sacrifice. Ce suivi au quotidien est une forme d’écriture qui restitue quelque chose de l’expérience épistolaire autant que l’expérience de psychique et intellectuelle. La lecture des sources au ras des lettres est tout à fait appréciable et donne à l’ouvrage une démarche originale qui permet de s’approcher avec plus de matérialité d’un espace intime dans lequel se jouent des enjeux qui dépassent l’individu autant qu’ils le construisent.

A lire !

 

Archives et intimité : tour d’horizon des carnets

Ce billet souhaite proposer un petit répertoire des carnets hypothèses s’intéressant, de près ou plus indirectement, aux questions d’archives et d’intimité, quelque soit la discipline.

Voici d’abord les carnets des membres du groupe d’études :

Claire-Lise Gaillard, qui travaille sur le marché de la rencontre, mobilise des correspondances et petites annonces : https://marcherenc.hypotheses.org/

Mon propre carnet, https://consciences.hypotheses.org/, propose régulièrement des réflexions sur la correspondance « de direction de conscience » et sur les journaux personnels, ainsi que sur le regard que les historien·nes posent sur ces documents.

Mais bien d’autres carnetier·es s’intéressent à la question :

Le carnet collectif Archives19 propose, dans le billet « Archives de l’intime » https://archive19.hypotheses.org/64, une réflexion sur les documents du XIXe siècle.

Le carnet Emotion https://emotion.hypotheses.org/ : Yosra Ghliss travaille sur les corpus d’archives numériques tels que les sms et autres conversations Whatsapp. A suivre donc pour ne pas perdre de vue que l’histoire de ces documents s’écrit aussi au présent !

Le carnet L’intime et espaces du virtuel https://iev.hypotheses.org/ traite lui aussi de ce que deviennent les archives de l’intime à l’ère du numérique.

Le carnet Nalèche https://naleche.hypotheses.org/ étudie la correspondance d’Etienne de Nalèche, directeur du Journal des débats, témoin de la Première Guerre mondiale. C’est une édition critique électronique.

Le carnet Seguier https://seguier.hypotheses.org/ s’intéresse quant à lui aux archives savantes des Lumières : ici les correspondances sont mises au service de l’histoire intellectuelle et des idées.

Le carnet Prendre corps https://corpsgir.hypotheses.org/ s’appuie sur de nombreuses archives de l’intime pour proposer une histoire du genre et du quotidien du XVIIe siècle. Voir notamment les lettres de Liselotte, duchesse d’Orléans :https://corpsgir.hypotheses.org/211 

Le carnet Publier une correspondance https://puc.hypotheses.org/, mené par Danièle Poublan, détaille les coulisses de l’étude de la correspondance de la famille Duméril (XIXe siècle), dans des billets toujours stimulants pour une histoire de l’objet « lettre ».

Le carnet Mémoires16  https://memoires16.hypotheses.org/ s’intéresse de près aux écrits mémoriels d’Ancien Régime et propose sur une réflexion sur la mise en valeur de soi pendant les guerres de religion. Voir notamment ce billet, »Comment étudier les mémoires d’Ancien régime ? » https://memoires16.hypotheses.org/65

L’enquête « Enklask » de Benoit Kermoal mobilise souvent des correspondances et autres archives de l’intime https://enklask.hypotheses.org/.

A suivre donc, entre réflexions méthodologiques et exemples d’application.